Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BTS Aménagements Paysagers  Bougainville

BTS Aménagements Paysagers Bougainville

Informations sur la formation du BTS Aménagements Paysagers et sur le domaine de l'aménagement des espaces.


Des plantes carnivores championnes de la contrefaçon

Publié par contribution sur 30 Avril 2010, 07:27am

DÉCOUVERTE

Par Jeanne Dussueil

Les plantes carnivores, qui se délectent d'insectes volants et rampants en tout genre, ne laissent aucune chance à leurs victimes. Surtout les Nepenthes rafflesiana. Les pièges de cette prédatrice d'Asie du Sud-Est - haute de 4 mètres, voire parfois 10 - sont redoutables. Son arme fatale ? Imiter biochimiquement l'odeur des fleurs pour leurrer les insectes qui tourneraient autour, comme le révèle l'étude publiée dans Journal of Ecology , réalisée par des biologistes et des chimistes du laboratoire Botanique et bio-informatique de l'architecture des plantes (AMAP, CNRS/INRA/Cirad/IRD/Université Montpellier 2) et de l'université du Brunei sur l'île de Bornéo. Charmés par une large palette de senteurs florales, les insectes se posent, s'embourbent dans du fluide gluant et sont pris au piège dans les feuilles en forme d'urne.

Les Nepenthes sont présentes au nord de Borméo, où elles ont réussi à s'adapter à un environnement pauvre en nutriments. Pour braver la pénurie, ces feuilles ont fini par développer tous les attraits d'une vraie fleur - du nectar, des couleurs souvent vives aux guides ultraviolets - afin de charmer leurs proies.

Adaptation à la demande du marché

En fonction de leur situation sur la plante, au ras du sol ou en hauteur, les urnes-estomac ne capturent pas les mêmes proies. Plus elles sont hautes, plus les effluves donnent le vertige aux amateurs volants. Alors que les urnes terrestres, peu odorantes, capturent, elles, essentiellement des fourmis. Avec ce subterfuge, toute une variété d'insectes consommant habituellement le nectar ou le pollen des fleurs : mouches, moustiques, papillons, coléoptères, abeilles, guêpes y élisent leur tombeau. En laboratoire, les tests ont montré que les visiteurs se dirigent dans le compartiment où l'air pulsé vient de la plante, plutôt que l'air seul. De même, les insectes vont vers l'odeur projetée par les urnes aériennes, plutôt que celle dégagée à ras de terre.

Les composés volatils analysés montrent que les pièges aériens des Nepenthes rafflesiana produisent diverses odeurs émises normalement lors de la pollinisation. Ces pièges parfumés pourraient, en tout cas, inspirer les programmes de lutte contre les insectes ravageurs de cultures ou contre les vecteurs de maladies, tels que les moustiques.

Source : CNRS, Inra

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents